26 août 2008

Îles Lavezzi

Hier, nous avons englouti les quelques 15 milles séparant Bonifacio de Palau, au nord de la Sardaigne, en 2h30. Poussés par un petit vent de nord ouest force 4-5, ce grand bord au portant nous a paru étonnamment rapide. Elvire et Nico étaient sur l’île italienne depuis le matin, nous les avons récupéré en fin d’après-midi avant de passer la nuit au mouillage devant le port de Palau (où, soit dit en passant, des corps-morts gratuits sont à disposition des navires de plaisance, comme c’est le cas un peu partout en Sardaigne, allions-nous nous rendre compte au fil de la semaine).

Aujourd’hui, première navigation de quelques heures pour notre nouvel équipage en herbe en vue de rejoindre les îles Lavezzi. Le ciel, voilé pendant une grande partie de la journée, nous fait l’honneur de son apparition franche vers 17 heures, l’occasion de s’émerveiller un peu plus de la transparence de l’eau et de la clarté des fonds. Petite séance PMT. Grand éventail de poissons devant nos yeux ravis. Il n’y a rien ou pas grand-chose sur l’île, si ce n’est de gigantesques cailloux aux formes saugrenues sculptées par les vents, de hautes herbes, un minuscule cimetière et de claires petites criques.

Tout aurait été merveilleux, ou presque, si nos paisibles heures passées au mouillage n’avaient dues être troublées toutes les dix minutes, en journée, par le ballet incessant des navettes pour touristes qui, peu scrupuleuses de s’intégrer à la quiétude du lieu, vos frôlent à quelques mètres – avec souvent petits commentaires grivois à l’appui –, générant une fâcheuse houle qui vous oblige d’un coup à saisir tout ce qui est posé sur le bateau : la cafetière du ptit déj’ qui vascille, le bouquin qui a valsé dans un coin, les bières de l’apéro qui manquent de se retrouver sur vos genoux…

1 Responses (Leave a Comment):

c0rle0ne a dit…

tom! si t'avais pris le promène couillons il t'aurait dit qu'il est interdit de monter sur les rochers :) lol