3 octobre 2008

Ponente, ponente, ponente...

Après avoir quitté Almerimar, nous avons commencé à goûter les joies de la mer difficile et capricieuse à l'approche du détroit de Gibraltar. Si au moment où nous sommes partis le matin, on avait mer d'huile et presque pétole de vent, dès la fin de la matinée, tout s'était déjà compliqué. Nous avons lutté plusieurs heures (on était quand même partis à 8 heures du mat' pour bien faire) avec le vent dans le nez, ce fameux "Ponente", vent du couchant, vent d'Ouest, qui, couplé à une mer brassée par les courants issus et de la marée et les croisements des eaux du détroit, où se formaient des creux de plus de 3 mètres (mais surtout peu espacés, ce qui faisait taper le bateau sur les crêtes et retomber lourdement, avec d'autant plus de difficultés à lui faire reprendre de la vitesse...), c'était pas évident-évident. C'était même carrément l'horreur, puisque celui qui était à la barre dans ces conditions se prenait une gracieuse arrosée en pleine poire toutes les dix secondes, grâce à de joyeuses et violentes déferlantes qui passaient au-delà de l'étrave. Heureusement, on s'est relayés. Mais les cirés ont à peine suffit à nous garder au sec : on était littéralement couverts de sel.

Sur le coup des 15 heures, le bateau avançait contre le vent à une vitesse proche des 0,5 noeuds, et nous, en plus d'être rincés, on commençait sérieusement à être exténués. Et puis le vent ne molissait pas, au contraire. Nous avons donc décidé de nous rabattre sur le premier port venu, celui de Jose Banus, proche de Marbella, sorte de petit Saint-Tropez de la côte sud, hypra chic et branché, mais au moins permettant d'offrir une halte sûre.

Aujourd'hui nous repartons sur le coup des midi, direction Gibraltar (cette "merveilleuse" enclave Britannique au milieu de l'Espagne ! Faut oser quand même !), où nous avons prévu de rester au mouillage pour tenter la traversée le lendemain, puisque les conditions météo seront ô combien plus favorables ! Le Ponente est enfin inversé, remplacé par un bon vent d'Est, un beau Levante, ou encore, comme d'autres l'appellent vers le Péloponèse, un joli "Grégal". C'est un signe, et il ne faut pas le rater !



NB : Hier soir nous avons pêché un poisson qui n'était pas une daurade coryphène ! (pour changer). Nous pensons qu'il s'agit d'une petite bonite ? Avis aux experts !!


NB2 : Kim et Nico, grâce à la canne, c'est un bon petit poisson frais presque tous les jours depuis une semaine ! Trop top !

10 Responses:

Elvire a dit…

Tiens donc il semblerait que le week-end, les fans de gregal soient moins réactifs au post! Fière de n'être point, pour une fois, la dernière (paralysée par ces maudites sécurités informatiques du travail grrr), je me lance dans une recherche derechef de l'identification de notre petit poisson.
Il semblerait bien petite sœur que tu ais encore raison: ça ressemble bien à une bonite:
http://www.marseille-sympa.com/pelamide.jpg


"La pélamide est souvent appelée bonite selon les pêcheurs et les endroits. C'est un thonidé à la chair rose clair. Elle navigue le plus souvent en bancs très près de la surface à chasser les bancs d'anchois et sardines. Elle est pêchée au filet par les professionnels, à la traîne et surtout au broumé par les amateurs. Cette pêche dite au broumé consiste à mouiller le bateau à assez grande profondeur, de 50 à 90 mètres, à "broméger" dans le courant de tout petits morceaux de sardines ou autres jus ou mélange sapide pour attirer les pélamides, puis à laisser partir dans le courant une sardine armée d'un hameçon. Il s'agit d'une pêche très sportive, la bonite ayant une défense assez exceptionnelle. longueur maxi env 80 cm pour 8 kg"

Bon et en plus c'est bon il parrait! Par contre côté taille, peut mieux faire !!!!
Je laisse à Kim le soin de vérifier tout ca, c'est quand même elle notre spécialiste !!!

gros bizz et bon courage pour Gibraltar

Elvire

genny a dit…

Oh la oh la oh la ! C'est la Transat anglaise ? et sur un bateau pas trop..robotisé.. heureusement que les 2 skippers sont GENIAUX !

Je vous souhaite très très très fort BONNE CHANCE pour la suite

Enormes bisous, GENE

c0rle0ne a dit…

ptain mes commentaires de samedi n'ont pas marché! flute :)
bon bah voila les choses sérieuses qui commence donc! Bientot l'OCEAN :)
Courage et que le vent soit avec vous!

Toujours aussi génial sinon les videos! bravo!!!!

Marie-Bé a dit…

Wouah !!! J'adore vos films : on s'y croirait !! J'imaginais déjà voir l'Atlantique...ah, ce sera pour dans 15 jours, si j'ai bien suivi ce que raconte le capitaine !! J'rigole...vous y êtes déjà probablement...entre 2 pêches non plus miraculeuses mais maîtrisées et un gâteau au chocolat qui sent bon jusqu'ici...ca ressemble à quoi l'Océan vu du GREGAL ??
Bises à vous et à bientôt de vous lire et de vous écouter. Marie-Bé

gregalfan a dit…

savourer il n'y a que cela de vrai en croisièr
le mieux est de pêcher une bonite femelle, recuperrer les oeufs et les faire frire simplement poivre et sel , sortir des fonds une vielle bouteille de blanc et deguster
ne pas se précipiter sur les filets mais les laisser au repos jusqu'au lendemain pour que la chair s'attedrisse ( les filets bien que saignants sont un peu amers si consommés trop frais
sans frigidaire,on peut aussi ebouillanter les filets puis les oublier au soleil sur le pont après qq jours emietter la viande et la melanger avec des oignons et si possible des scrapures de noix de coco (mais vous n^tes pas encore sous les topiques)a consommer froid avec pain et vinegrette

et comme vous approcher de gibraltal
est ce pour rencontrer Lisbeth ?Salander (steig larsson)
gregalfan

Kim a dit…

Ahlala mais vous allez devenir des pêcheurs chevronnés à ce rythme !

C'est bien une bonite (Gégé a confirmé, il suit votre blog et je lui ai même installé netvibes pour l'occasion, rien que pour ça :))

Nous on a pêché ça dans le Rhône (enfin quand je dis nous...) : le sillure géant. Moins appétissant pas vrai ? :) En plus cte bête c'est carnassier et ça attaque les plongeurs... et on l'a relaché dans notre zone de plongée !!!

c0rle0ne a dit…

Ptain énorme le poisson Kim!!!!
Enfin je sais pas si on peu encore appelé ca un poisson :) C est un mutant :)
bravo!

Aude a dit…

Merci Vivi, Kim et Gregalfan pour toutes ces précisions à propos de notre modeste pêche ! En fait, on hésite à mettre des rapalas plus gros car un poisson moyen nous suffit pour un repas ! (mais on pensera au séchage émietté ;)

Gégé a dit…

Vous n'avez plus de pitié pour ces pauvres poissons. Vous devenez de véritables prédateurs (quand on a faim, on y regarde pas à deux fois).
Aude: une épuisette sert à attraper les crevettes ! Pour un poisson c'est un salabre.

Merci de nous faire partager votre voyage.
Gros bisous,

Gérald & Avril

Tom a dit…

Hey ! Salut Gérald et Avril ! Content d'avoir de vos nouvelles et de savoir que vous pourrez toujours nous indiquer ce qu'on mange quand ça pite ! A bientôt,
tom