26 décembre 2008

La traversée vue par Tom

Je n’aime pas trop écrire (ouais… c’est pas facile non plus entre deux billets rédigés par Aude, hein ?) alors j’ai concocté un condensé presque purement descriptif et chronologique de notre traversée en vidéo. Le texte, par contre, décrit mon ressenti à chaud, ni plus, ni moins. Sans fioriture ni tabou. A la relecture je me rends bien compte que ceux qui me connaissent pourront être surpris. Dites-vous alors qu’il faut peut-être le vivre pour comprendre. En attendant, branchez les haut-parleurs et suivez le fil.

Ça commence comme ça.



Tout est simplement merveilleux. Les jours suivants sont du même style, les conditions sont exceptionnelles et je regrette seulement qu’on ne nous donne pas 5 nœuds de vent en plus pour arriver avant 2009 ! Les quarts sont bien établis et on entre lentement dans le bain de la longue croisière : rapidement un café renversé peut me faire sortir de mes gonds et un soleil couchant m’attendrir de manière surprenante.



Le 12 décembre 2008, milieu de matinée, le ciel est rempli de long cirrus. Tout devient gris en seulement quelques heures en fin d’après midi. Les éclairs viennent ensuite illuminer par intermittence la nuit noire. Le vent forcit, c’est bien. Il forcit encore, c’est inquiétant. Viennent alors les premiers grains, terrifiants après 6 jours si calmes. 10 heures plus tard c’est le coup de tabac. Je commence à me poser de sérieuses questions. Très vite je ne m’en pose plus et, intimement, mais surtout sans faillir aux yeux de ma princesse, je prie pour que le vent cesse de monter et que le prochain grain nous épargne. Malheureusement la météo indique que ce n’est que le début. Nous sommes bientôt à mi-distance entre l’Afrique et les Antilles, ça commence à burler sérieusement et la mer est assez hostile. Le pilote tiendra encore la barre jusqu’à la première aulofée dangereuse.


48 heures ont passé, le vent finit par faiblir et le « bouchon » redevient alors voilier. Je n’ai presque pas dormi depuis plus de 2 jours. Le soleil se montre un court instant à l’horizon. Je relâche la pression et c’est le coup de blues. Je réalise alors mon arrogance. J’ai la sensation que les éléments m’ont donné une leçon, un rappel qui sonne en moi comme cela : « Tu t’aventures sur notre plus grand terrain de jeu en imaginant qu’on va te pousser tranquillement de l’autre côté ? Ecoute nous bien merdeux : On t’envoie un petit coup de vent avec du grain pour que tu comprennes où tu es et surtout ce que tu es. ». Ici le mot « modestie » a plus de sens que dans n’importe quelle autre circonstance. On peut le comprendre, mais il faut le vivre pour véritablement l’intégrer. Il m’a fallu du temps, du sommeil et quelques larmes dissimulées sous les grains du lendemain pour récupérer de cette claque prise en pleine gueule.



Le calme est revenu et les jours défilent avec leur lot de petits grains qui nous font ranger toutes les voiles en moins de 30 secondes parce que la leçon a été parfaitement assimilée. Je me fais complice de l’environnement et de bonnes vibrations ressurgissent. Pourtant la pluie tombe en permanence. Tout est trempé. Alors on s’enferme vite dans notre bateau parce qu’on s’y sent tellement bien dans ces moments-là.



Et puis on redevient arrogant parce qu’on ne se refait pas en 18 jours.



Mais l’Océan a toujours le dernier mot. Il nous envoie 2 jours de pétole pour calmer mes ardeurs. Je me sens bien ici et je ne suis pas pressé. J’ai véritablement admis qu’il n’y avait pas d’autre choix que de me plier aux circonstances tout en essayant d’en tirer partie pour continuer d’avancer. La vie devient plus simple et l’angoisse du gros temps disparait complètement.



Finalement le vent revient et Grégal file de nouveau dans les alizés. Les milles défilent avec un vent à 15 puis 20 bons nœuds au grand largue. Le génois, légèrement déventé par la grand voile, faseye parfois sur la chute comme pour m’inciter à venir plus au vent, histoire de prolonger l’aventure. Je me sens de mieux en mieux, le ressenti de chaque émotion est maintenant démesuré mais j’élimine rapidement les mauvaises avec le sourire. Je me sens vraiment bien ici.



La terre est en vue après 18 jours sur l’eau. Moment intense où j’ai le cœur serré. Je pense à celui qui m’a chuchoté ce voyage dans l’oreille et qui doit être si fier, d’où il est, de me voir arriver de l’autre côté. Je pense aussi à ceux qui m’ont jugé inconscient avec un sourire non dissimulé sur le coin des lèvres, sans rancune. Je promets à mon fier Grégal de le remettre d’aplomb dans ces prochains mois tranquilles aux Antilles.



Voilà, l’ancre est jetée dans l’eau turquoise de Carlisle Bay. Nous sommes arrivés et comme j’ai une autre promesse à tenir, je m’exécute dans l’instant. Vous ne verrez pas de vidéo mais je peux l’écrire. Je descends dans le carré, ouvre mes cales préférées pour en sortir ma meilleure bouteille de Génépi. Je remplis un verre des plus généreux, celui qui tuerai un cheval, et puis je ressors dans le cockpit, debout, le verre dans une main, l’autre main appuyée sur la bôme. Je partage encore 30 secondes de traversée, la tête tournée vers l’Océan, pour le remercier, et laisse couler doucement mon verre par-dessus bord. On s’est compris.

Musique : Damien Rice "Delicate", Israel Kamakawiwo'ole "Somewhere over the rainbow", Finley Quaye "Your love gets sweeter", Marco Masini "Perché Lo Fai", The Avalanches "Frontier Psychiatrist", James Brown "It's a man's man's man's world".

8 Responses:

fanny a dit…

nico : il faut penser à rentrer maintenant (c'est pas un port sur la gauche là bas ?
Zeyno : il faut un sacré courage pour faire ça. J'ai bien compris que Aude n'était venue que pour se faire bronzer...la preuve, les dernières vidéos.
fanny marie : on boira nous aussi un petit verre de génép...on sort la bouteille tout de suite et on sèche les larmes. Trop fort, vraiment trop fort. on vous aime.
gérard trop ému pour dire quelque chose.
on est tous à fond avec vous.

Léa a dit…

Formidable ! Heureusement qu'on n'a pas vu les vidéos de l'état de la mer pendant les grains ! On se faisait assez de souci avec les commentaires de Aude, alors si en plus on avait vu les images ...
C'est un bel exploit, chapeau les marins.
Je suggère un titre pour le récit de votre aventure :
"LA GITE ET LE COUVERT".
Bzzzzz Léa

Nico a dit…

C'est vraiment super ce récit vidéo.

Très rigolo de pouvoir revoir ces petits instants de traversée. On a un peu l'impression d'avoir pu y participer en voyant ce que ça donne pour de vrai.
On vous l'a déjà dit, mais on est vraiment trop content pour vous.

Je suis trop fier de toi mon Tom, tu as su aller au bout de tes rêves (un parmis une longue série) et ça n'a pas de prix... Et Aude tu m'épates d'avoir affronté l'océan malgré les petits problèmes d'oreilles internes (dont j'ai pu partager les conséquence avec toi).. Je suis pas sur que j'aurai pu tenir sans craquer.

Vraiment vraiment trop trop bien tous les deux... Fier et ému comme tous ceux qui vous ont regardé d'ici et d'ailleurs.

On vous embrasse très fort.

A bientôt.

Kim & Nico.

P.S. J'espère que notre message iridium a réussi à passer. On a été un peu surpris, on pensait pouvoir vous avoir en direct, au final on a pu laisser qu'un message audio, j'espère qu'il est bien arrivé à destination.

Perrine a dit…

Excellent (et émouvant) ce récit vidéo où l'on sent bien les moments de désarroi du capitaine, la force des éléments qui se déchaînent ou pas assez, le sourire infaillible de Aude... Vous avez été sacrément courageux. Quel exploit! Un super Noël pour vous (et nous, qui sommes maintenant rassurés de vous savoir arrivés à bon port)
A la vôtre!j'm'en vais me re-servir un p'tit verre moi aussi.

njoub a dit…

Tu as réussi à me mettre la larme à l'oeil...

Un verre de génépi dans l'océan... Tout est dit !

Nono a dit…

Que d'émotion! Ces vidéos nous font partager tes états d'âme, Tom. Bon choix pour les musiques, elles accompagnent bien les images et participent au ressenti de l’ambiance. Je pense que ce que vous avez vécu vous aura changés, Aude et toi, que vos âmes et vos esprits en garderont la marque.... Je vous embrasse.

c0rle0ne a dit…

bravo!
c'est super touchant! je suis super fier de vous! ce post est trop trop bien! j'ai envie de la lire (regarder en boucle). le grand bleu ca fait pitié a coté!
Bravo et encore bravo! j'ai hate de vous revoir et de vous le dire en face!
C est super ce que vous avez fait! et Tom, j'en suis sure que OUAIS! il doit etre vachement fier de toi!
pffiou! il me met les larmes a l oeil ce post! j'ai bien fait dattendre un peu pour le lire :)

BIZ a tous les 2! éclatez vous bien!

Zanett!

ps : marco masini il est fort quand meme :) lol

Gene a dit…

Lors de cette mémorable traversée, vous avez été FORMIDABLES tous les deux chacun dans votre genre.
TOM, je comprends ce qui a dû peser sur toi et qui pèsera encore....mais ta petite princesse t'aime, elle te suivrait jusqu'au bout des étoiles en te faisant, par amour, de succulents petits gâteaux...mais c'est une bonne "élève" aussi: heureusement, non ?
Tom,la fatigue de tes quarts sans doute prolongés et l'inquiétude de la responsabilité qui pesait sur tes épaules t'ont marqué le visage...mais vous avez réussi quelquechose de formidable , vous avez connu la liberté des oiseaux qui survolent le même espace que vous...et maintenant je voudrais que ce soit le paradis pour vous aux Antilles ! Vous l'avez bien mérité !
Au nom de nous tous qui vous aimons, je vous souhaite un JOYEUX NOEL !!!!

J'écris aussi au nom de mon frère Gérard,l'oncle de Aude,le "modeste marin amoureux des côtes espagnoles " qui vous admire beaucoup et m'a dit de vous le dire.
Enormes bisous à ma Audinette qui s'est montrée bien courageuse, vraiment

PS : Dis donc, toi aussi, Tom tu écris très bien, et la concision n'enlève rien ...à la qualité de l'émotion que tu transmets !