7 janvier 2009

Expédition à la recherche du détendeur perdu

5,2 mètres. C'est un chiffre qui peut paraître bien anodin mais qui nous a fait bondir de joie, hier. 5,2 mètres, c'est ce qu'a bien voulu afficher notre sondeur, après que Tom l'ait intégralement démonté, rincé et désoxydé, puis posé au soleil pour qu'il sèche. Et là, miracle, le bougre a bien voulu reprendre du service ! C'est un premier soulagement qui, la chance appelle la chance, a été suivi par une autre réussite : aujourd'hui, Tom a récupéré la pièce inox de maintien de la barre qui a été intégralement ressoudée par le chantier de Prickly Bay, tenu par un Français, qui s'avère être très sérieux avec des techniciens compétents. Et le tout pour 45 euros ! Que demander de plus !

Pendant que Tom s'occupait de remonter la barre, je suis partie à la ville de Saint George, toute proche, pour tenter de trouver un détendeur Campingaz de rechange. Bon, je savais que la tâche serait hardue, mais j'avais quand même de l'espoir. Le parcours commence par un petit bout de chemin en annexe, le temps de rejoindre l'autre côté de la baie où se trouvent le chantier et le shipchandler. Là, le jeune conseiller du ship a essayé de me proposer tout un système pour essayer de faire marcher un adaptateur de gaz américain sur notre installation mais cela a un prix exhorbitant : hé oui, ici, il n'y a rien de Campingaz Butane, seulement des bouteilles propanes made in USA ! A bon entendeur... Prenez tout ce que vous pouvez en pièces de rechange pour votre installation de gaz / cuisinière, au risque de vous retrouver à manger des sandwiches jusqu'à atteindre la Martinique ! En désespoir de cause, il m'a indiqué le shipchandler de Saint George, à quelques kilomètres de là.

Donc, je poursuis mon chemin par l'attrapage au vol d'un bus en direction de la ville. En fait, ce n'est guère difficile : les bus ici sont des mini-bus (type Matatu africain mais en bien meilleur état) qui klaxonnent à tous les coins de rue pour rameuter les clients : on ne peut pas les rater ! Donc par exemple, un type marche dans la rue et le bus le klaxonne ! Une dame est sur le palier de sa maison : le bus la klaxonne ! Et j'ai même vu : des enfants en uniforme d'écoliers sortent de l'école : le bus les klaxonne ! Véridique ! Le prix est modique : 2,5 dollars EC par course (0,7 euros) ou 5 euros depuis Prickly Bay jusqu'au centre ville de Saint George. Par contre, le chauffeur est à tout les coups un sympathique rasta qui a décoré son bus avec de la vieille tapisserie à l'anglaise à grosses fleurs (sans doute pour faire chic), et, pour l'égayer, a collé par dessus tout un fatras de cartes postales. Enfin, le reggae qu'il vous passe est tellement fort qu'il faut hurler pour lui faire entendre l'endroit où vous voulez descendre, ou, mieux, mobiliser les passagers devant vous pour créer une chaîne humaine qui portera le message jusqu'aux oreilles du conducteur mélomane.

Le shipchandler de Saint George se trouve sur le "lagoon", une jolie petite lagune entourée de maisons proprettes et de restaurants, où se trouve le port. Plus loin, la ville de Saint George. Malheureusement, le patron, un vieil anglais à lunettes, a été catégorique : impossible de trouver le moindre accessoire ou la moindre bouteille Campingaz avant la Martinique ! Bon, j'étais bredouille, et ce piètre résultat risque fort bien de nous conduire tout droit à 2 mois non-stop de sandwiches et de café lyophilisé froid, le rêve ! Avant de rentrer au bateau, j'ai quand même essayé de trouver des choses utiles, histoire de ne pas arriver les mains vides, comme un câble réseau croisé (on en cherche depuis des lustres !) pour récupérer les données de l'ordi HS de Tom, et un pot de Nutella, denrée ultra rare ici qui d'ailleurs a ravi le Tom. Ce soir, on s'est dit qu'on allait essayer de commander un détendeur en France et de se le faire livrer, on ne sait jamais...

8 Responses:

Vio a dit…

la mer turquoise, les plamiers ... et un pot de Nutella (!!) mais que demander de plus ??! un détendeur? allez les aventuriers, vous pouvez vivre de produits frais ... jetez les dernières boites de bouletas, définitivement !
Bises

gregalfan a dit…

Bonne année a
tous les trois (grégal)
Que serait une escales s'il n'y avait pas ces foutus réparations: un ennuie certain car les iles se ressemnlent, le sable est blanc, la mer bleue turquoise sans parler des poissons que sont tous pareils d'une mer a l'autre.
Mais les réparations le pied: on saute dans l'imprévu, la survie et l'aventure, on est obligé deparcourir l'ile par des moyens adaptés (ânes taxis collectif, vieux bus, chameau (pas encore) rencontrer de multiples sages qui vous adressent a d'autres avec des "vous trouverez peut être chez" tels des acteurs d'un grand jeu de piste qui vous balladent dans la quete d'un graal dérisoire ("c"Kamelot"te") (en general un objet dérivé de la societe de consomation)
Au hazard de ces perigrinations vous pouvez tomber sur des escrocs qui telles des pirates vous détroussent sans scrupules mais plus souvent tombez sur des autoctones sympa très contents de renconter des touristes qui s'interessent plus a eux qu'au sable blanc.
et enfin quel bonheur de trouver dans ces lieux perdu l'objet improbable
a chaque île son trésor

Bonne route
biz
gregalfan

gregalfan a dit…

un de mes associés ira a la martinique a la fin du mois (en congres)
il pourrait vous apporter du matos si besoin

gregalfan

c0rle0ne a dit…

bonne nouvelle de la part de gregalfan ca :) il a le bras long! :p

Ca a lair sympa ces bus, je timagine bien dedans aude :) hihi

Bon moi j'attend un post sur le pti punch quand meme! Parce que c est quand meme pour ca que vous avez tous quittez pour rejoindre les caraibes :)

Biz!

Jean-Claude GRANIER a dit…

Aude, imagine qu'ici notre vocabulaire se limite à API, PRQ, individualisé, entrée sortie permanente, reconductible, AAP, sés@me, aideOsoins . Et puis : Il fait -4°, il va neiger, qu'est-ce qu'on se caille, et encore gastro, engine, 39° ( de fièvre) et pour finir, plus de pub sur la 2, les soldes, la crise et le Cam que Riou repèche.....alors à nos oreille le mot détendeur, sonne comme détente. Pour le nescafé, puisque vous ne pouvez pas le chauffer, mettez y des glaçons, mais j'y pense vous n'avez pas de frigo. Désolé pas de solution

simon.idelman@gmail.com a dit…

Bon, moi aussi je m'étais demandé, alors ils n'écrivent plus, ils doivent être tellement fatigués qu'ils roupillent tout le temps, ou alors ils font la fête!
Est-ce qu'on peut vous envoyer ce détendeur par avion, et à quelle adressePour ce qui est de toutes les pièces à changer sur ce bateau, après votre traversée, le plus simple serait de racheter un nouveau bateau...
Simon

Léa a dit…

Pour vous consoler de l'absence de détendeur, suivez les péripéties du Vendée Globe ou volez-en sur un bateau français qui marche au butane !
A bon détendeur, salut !! Léa

Perrine a dit…

bon, j'ai bien réfléchi.... Pour le détendeur je vois pas trop la solution.... mais pour réchauffer le café, je propose le rhum! tout simplement!
excellent l'épisode du bus, Aude! ça devait être trop rigolo.
Allez au boulot les p'tits loups: il faut aller bichonner Gregal qui a l'air d'avoir un peu souffert de la traversée. Ciaciao ;)