15 février 2009

My kitschiest St Valentine's Night

Petit matin, petits yeux, jolie nuit de nav', méditations sous la lune, et l'île de Canouan qui se détache de sa barrière d'eaux turquoises sous le soleil déjà mordant. En face de nous, un hôtel chic, le Tamarind, tout parfait avec ses jardins fleuris et ses toits gris en fibres de palme, comme une invitation au rêve. Canouan est peu fréquentée par les touristes, on dirait. Et ça s'en ressent, croyez-moi ! Les rues sont animées et paisibles à la fois, les maisons proprettes et bien tenues, les gens souriants. Malgré la fatigue des 24 heures de nav' passées, on se met (presque) sur notre 31. On a bien l'intention de trouver un petit resto sympa pour fêter cette Saint Valentin. On s'arrête d'abord au Tamarind, allez, juste pour se donner l'impression qu'on est de riches vacanciers loin du monde. On s'assoit à une table où nous attendent deux chaises chics en bois exotique, et on commande deux cocktails, alors que le soleil se couche en face de nous, entre les palmiers et la plage. Le daïquiri est impeccablement professionnel : servi dans un verre triangulaire à pied, sous la forme d'une montagne de glace pilée mixée à une banane fraîche, avec juste ce qu'il faut de Triple Sec et de rhum blanc. On se dit que quand même, on est bien par ici...

Puis on va se promener en ville, et tout le monde nous dit bonsoir, et parfois, "Happy Valentine's guys !". La brise tiède nous décoiffe juste ce qu'il faut. On croise des petits bars en tous genres, et des supermarchés encore ouverts, mais pas un restaurant. Il y a bien cette route qui monte sur la colline, au milieu des villas, mais on n'y coit pas trop. On grimpe, toujours en croisant des gens sympas. A un moment donné, on dépasse une maison devant laquelle est installée une tente et un portique tout décoré de cœurs rouges en papier crêpe et de guirlandes blanches, avec sur la terrasse et à l'intérieur des tables joliment dressées en rouge et blanc. Pour rigoler, Tom me dit que sinon, on n'a qu'à manger là. Ça ressemble à une fête familiale, ou du moins une réception privée, tiens, on est samedi, et si c'était pour un mariage ? Dans le doute, on va demander à un type qui transporte des cartons. Il nous répond que bien sûr, on peut manger ici, c'est pour tout le monde, ils organisent un repas spécial de Saint Valentin. Dingue ! Il nous montre la carte de la soirée : "Bring that special someone to Trisy's Valentine's dinner".

Ils ont concocté un petit menu juste pour l'occasion, et on peut choisir entre poisson, poulet, lambi, mouton. On nous installe sur la terrasse qui domine toute la ville. Sur chaque pilier, un assortiment de guirlandes et de roses rouges en tissu scotchées en de jolies gerbes. Ils ont aussi transformé leur salon en salle de restaurant. Sur chaque table, une nappe en dentelle rouge, des petites serviettes en papier couvertes de coeurs, des bougies et des verres à pied. La porcelaine est de sortie, avec les bouquets de fleurs artificielles qui trônent fièrement dans des vases-oiseaux très kitschs. Des interprétations instrumentales de chansons d'amour s'échappent doucement des hauts parleurs. On sent les heures de préparation pour transformer la maison en temple de la Saint Valentin. C'en est touchant. Alors qu'on nous sert une bière, en apéro (on est les premiers convives), deux enfants en pantalons à pinces et chemisettes viennent nous offrir deux roses en tissu plantées sur des mini-nounours, puis s'évertuent à allumer les bougies de notre table malgré la brise qui souffle fort sur ces hauteurs. Pour nous tenir compagnie, le maître de maison vient nous faire la conversation. Il respire la gentillesse, et fait très James Brown, avec sa coupe afro et sa chemise flambant rouge. Il nous demande d'où on vient, où on va, il nous dit qu'il a des amis français qui viennent tous les ans de Guadeloupe.

Puis arrive la soupe de callaloo en entrée. La dame qui nous la sert nous dit que c'est une voisine qui habite un peu plus bas. Quand je lui parle de mes essais de soupe de callaloo, elle hoche la tête avec sérieux. Puis elle revient et nous explique sa recette, tout en détail. Je lui dis que maintenant, j'ai le secret d'une soupe réussie, car la sienne est effectivement délicieuse. Elle est génée. A peine la soupe terminée, on nous apporte une petite salade dans la vaisselle des grands jours : assiettes en verre soufflé et cuillères ciselées. Le maître de maison vient faire un tour toutes les dix minutes, anxieux, et le petit garçon surgit dès que notre bougie est éteinte. D'autres couples arrivent. Là, c'est le grand soir, robes rouges velours et smokings blanc et rouge, le top. A peine on pose notre fourchette qu'on nous apporte le plat suivant. Le lambi est excellent, accompagné de légumes du coin.

A vingt heures, la musique "live" démarre. Sous la tente, un DJ s'affaire à passer les plus grands tubes de chansons romantiques, de Céline Dion à Whitney Houston en passant par Brian Adams. C'est assez irréel, comme ambiance. On se croirait dans le générique d'une série américaine. On rigole, mais on est les plus heureux. Avec le dessert (un gâteau maison avec un glaçage de sucre rose et de la crème glacée à la vanille), on nous sert un pétillant aux fruits. Dommage qu'on soit crevés, on passe une super soirée. En partant, on remercie toute la famille du mieux qu'on peut. Au moment de revenir au bateau, on passe devant l'hôtel qui a commissionné un crooner pour animer la soirée. Les gens sont silencieux, le nez dans leur assiette. On regrette déjà la chaleureuse maisonnée de Trisy.

6 Responses:

léa a dit…

quelle belle surprise pour la Saint Valentin !! Vous avez bien fait de quitter les Antilles françaises. A la Martinique, Saint Valentin était probablement en grève ou bien il manifestait dans la rue.
C'est formidable l'accueil de Trisy, un vrai conte de fée.
Kissous. Léa

Perrine a dit…

Ooooh, ça avait l'air trop mimi cette st valentine's night chez Trisy!
bises aux amoureux!

Claire a dit…

Ca avait l'air super OUIZZZZZ & romantique cette soirée.
Plein de belles choses à tous les 2.

paps a dit…

Mes criques "craquantes"
Content que cette ancienne recette permette de vous sustenter dans ces périodes de disette... Heureux aussi de vous voir sorti de ce mauvais pas, surtout pour le cap'tain qui a bien récupérer, Grégal aussi semble y mettre du sien!!!Sans camembert ni saucisson, mais pas sans poissons, vous devez pouvoir vous en sortir, vos rencontres sympas nous le montrent. Belle St. Valentin!!! Vous vous éloignez de ces problèmes de la civilisation, profitez-en bien... Mais décidement, pas de chance de tomber sur cette période de contestations alors que vous retrouviez un peu l'air du pays
Gros bisous de PAPS et de Marité

MarieBé a dit…

L'amour est enfin de Bohème ...
Que du bonheur !!

gerald a dit…

6 jours sans nouvelles!!!vous prenez le rythme tropical ou quoi??