13 mars 2009

Le monde de la mer

Nous ce qu'on apprécie, dans la vie en mer, c'est notamment les rencontres et les retrouvailles impromptues : ça donne l'impression de faire partie d'une grande famille des Tours de l'Atlantique. Ces derniers jours, on a été contents de revoir Julie et Baptiste, jeune couple plein de fraîcheur et de pêche qui sont en ce moment en équipage réduit sur "Kiss Mi", leur Sunkiss. Ça a été l'occasion de se faire ensemble une belle soirée en échangeant nos aventures respectives depuis la Barbade.
Concernant les équipages avec qui on a passé Noël à la Barbade, nous avons eu aussi des nouvelles de Carine et Jean-Claude de "Mahi-Mahi", avec leurs deux jeunes garçons. On a été fort impressionnés d'entendre qu'ils avaient vendu leur bateau en 2 semaines et qu'ils s'apprêtaient à filer sur l'Amérique Centrale en sac-à-dos... Tout un programme qui n'était pas prévu au départ, mais qui démontre de réelles capacités d'improvisation !
Nous sommes également heureux de savoir que Gertrude et André (Orca Minor), les québécois les plus sympathiques de l'Atlantique, nous suivent régulièrement sur le blog et apprécient nos billets.
Et puis aussi, en remontant en Martinique, nous devrions aussi revoir Gérard et son "Betty Boop", vers la fin mars. Gérard est notre sauveur : c'est lui qui nous a prêté son détendeur Campingaz à Grenade, sans lequel on aurait moins fait les malins à manger des sandwiches au cheddar-pain-de-mie tous les jours.
Enfin hier, on a passé une agréable soirée avec Walter, un jeune hollandais qui navigue en solitaire sur un très joli petit bateau prénommé "Zeevonk" (cf.photo). Quand on l'a vu arriver à Admiralty Bay, tout bronzé et les cheveux en broussaille, en train de plier ses voiles à l'ancienne on s'est dit que Moitessier était de retour. En effet le petit bateau de Walter, avec sa coque bleu marine rétro et racée, basse sur l'eau, en acier, et son mât en bois, a bien fait envie à Tom qui s'y voyait déjà. Walter a monté une entreprise sur un créneau hyper sélect : il rachète du matériel médical d'occasion à des hôpitaux et les revend à des vétérinaires pour l'équipement de leurs cabinets. Apparemment cette niche économique marche bien et Walter, depuis 6 ans, prend chaque année 6 mois de vacances pour aller naviguer sur son bateau. Bien dans sa tête et réaliste, il nous a expliqué qu'au bout de ce laps de temps, retrouver sa maison, une vie plus normale et son boulot lui manquaient. On est restés babas et admiratifs, parce que d'habitude quand on croise des navigateurs solitaires, ça fait 10 ans (ou plus) qu'ils sont sur les mers du globe et finissent par devenir totalement désocialisés et déconnectés de la réalité. Reste qu'après, il faut avoir la pêche de Walter pour s'avaler un tour de l'Atlantique sur 6 mois mais quand on voit sa bonne mine, on se dit que naviguer, indubitablement, ça conserve.

1 Responses (Leave a Comment):

c0rle0ne a dit…

Coucou les 2 aventuries!

Sympas ce billet! Ca doit faire chaud au coeur de revoir les gens à des endroits différent. C'est la Familia!
ET très marrante les photos :) pourtant ya l'air d'avoir du choix en sandwich, de quoi vous plaigné vous? :)

bizz!