30 avril 2009

L'effet papillon

Enfin ! Voilà un nouveau round de travaux achevé ! Après deux jours de répit à l'ilet Gosier ce weekend, on est retournés à la marina de Bas-du-Fort pour finaliser deux choses : terminer le changement des câbles du gréement (galhauban, partie en dessous des barres de flêche) qu'on avait pas pu changer à Grenade, Prickly Bay, parce qu'ils n'avaient pas les bons embouts pour nos ridoirs (le système métrique n'est pas prêt d'être universel...) et restratifier le carter à la résine epoxy. Aujourd'hui mercredi tout est terminé, mais on peut dire qu'on n'est pas mécontents de retourner au mouillage : Dieu que c'est fatiguant la vie en marina ! Cette fois ci, pour nous faciliter la vie côté travaux, on avait pris une place au ponton. Je vous assure que c'est pire que le camping. Toutes les cinq minutes, des gens s'arrêtent, soit pour savoir de quel type de bateau il s'agit, soit pour discuter le bout de gras (ce qui prend en général 3/4 d'heure), soit, s'agissant des dames chics des gros bateaux, pour jeter des œillades horrifiées quand elles nous voient faire la lessive dans un seau sur le pont ou poncer une pièce, tout couverts d'huile moteur.

Le plus drôle c'est que par deux fois, deux types se sont arrêtés pour nous interpeller : "C'est un des bateaux de Pechet, non ? (? sur l'orthographe) Tous ses bateaux s'appellent Grégal. Il doit en être au 15e ou 16e maintenant !". Nous d'avoir l'air ignorant, et eux de reprendre : "Mais si, Pechet, il est sur Lorient, il a un 54 pieds maintenant. Vous savez, j'ai navigué sur votre bateau dans le temps !"...Dingue ! On vient jusqu'en Guadeloupe pour s'entendre dire par le premier venu qu'il a navigué sur notre Grégal ! En même temps, imaginer toute la série des bateaux qui portent ce nom nous a mis un coup au moral, en détruisant l'impression d'unicité qu'on avait de notre fier navire. Enfin, d'autres personnes se sont arrêtées, confondant souvent le Contention 33 avec un Nicholson 33, et beaucoup nous ont lancé, l'air sérieux : "C'est un très bon bateau que vous avez là" ou "Ah, ça faisait longtemps que j'avais pas vu un aussi bon bateau sur ce ponton", puis on les regarde s'éloigner et monter dans leur gros 45 ou 50 pieds flambant neuf... Serait-ce la nostalgie des 70's ?

Autre bonne surprise, on a retrouvé nos imbattables compagnons du Kiss Mi (Baptiste et julie) qui sont arrivés lundi. L'occasion de se faire à nouveau une bonne petite soirée tous les quatre, mais cette fois je crois la dernière côté Antilles, car eux partent de Guadeloupe le 21 mai et nous de Saint-Martin avant le 15. Remarque, ils n'ont mis que 13 jours la dernière fois pour faire Cap Vert - La Barbade, alors il se peut qu'on se recroise aux Açores !
Sinon dans un autre registre, on s'est fait un nouveau copain : il s'appelle Jordan, il est métis, il a neuf ans et il traîne toute la journée à la marina, à tchatcher avec tous les plaisanciers, parce que c'est les vacances et que sa maman qui travaille au Cora du coin le laisse là en attendant. Il nous a bien fait rire et a tenu à ranger nos amarres tous les soirs en de belles galettes bien alignées (il s'agit de faire un grand serpentin plat en enroulant l'amarre sur elle-même comme un escargot).

Enfin, je voulais dire deux mots sur les Guadeloupéens : je ne sais pas pourquoi, mais j'avais toujours entendu dire qu'ils étaient difficile à vivre, alors que les Martiniquais étaient réputés beaucoup plus aimables. Et bien, après plus de 5 semaines de grêve dure, tous les guadeloupéens qu'on a croisés ont été adorables, souriants, jamais fermés, toujours prêts à renseigner. Nous on s'attendait à trouver une version antillaise du peuple Corse, à l'arrogance fière parfois un peu gênante, et bien on a été tout à fait surpris et enchantés. La Guadeloupe, avec ses deux parties qui forment comme les ailes d'un papillon, est un petit bijou qui mérite qu'on s'y arrête, et qu'on explore tour à tour Grande Terre, plate et rurale, ou Basse-Terre avec ses hautes montagnes recouvertes de forêt tropicale, sans parler de toutes les îles qui en dépendent : Marie-Galante, l'archipel des Saintes, ou la Réserve naturelle de Petite Terre avec ses iguanes et ses récifs coralliens. On pense avoir tout vu et se rend compte qu'il y a encore mille lieux où se poser, mille choses à découvrir : c'est un peu ça, l'effet papillon.

6 Responses:

c0rle0ne a dit…

je veux voir les photos des amarres en escargot :)

le 15mai...pfiou, déjà. c'est passé si vite pour nous lecteurs. va falloir qu'on vous sponsorise un autre voyage pour que l'on ai de quoi lire :)

gerald a dit…

on n'a jamais douté que le "Grégal" etait un bon et beau bateau.normal qu'on le remarque
bisous

Léa a dit…

Grégal, c'est comme la pub l'Oréal : vous le valez bien !!Eh, matelots, prenez tout votre temps pour le retour au port. Et nous, les afficionados, vous avez pensé à nous : qu'est-ce qu'on va devenir ? mais keskonvadvenir ? Kissous. Léa

Marie-B a dit…

Mais c'est diiiingue ! C'est vrai...D'anciens navigateurs du GREGAL, un moussaillon tout mignon, des locaux trop cools, un GREGAL qui se refait une santé et les proprio en grande forme !! Elle est pas belle la vie ?
Bon, allez vous êtes bien encore quelques jours aux Antilles ??? J'voudrai bien rêver encore un peu..comme bien d'autres si j'ai lu correctement les messages de tous vos lecteurs et fans. Bises.
Marie-Bé

Perrine a dit…

Mais oui il est unique Gregal.... puique c'est vous qui êtes dedant et qui lui donnez son charme singulier qui a attiré vers vous toutes les belles rencontres!!!
Bon moi je suis quand même d'accord pour qu'on vous laisse rentrer. Mais quelques semaines seulement, le temps de fêter (d'arroser) les retrouvailles dignement.... et le temps de vous trouver un autre challenge aventurier. Hummmmm.... où est-ce que ça serait ouizzz de vous envoyer???? ;)
Vous avez pas des photos de Jordan qui fait des escargots?
bises les marins

gregalfan a dit…

Qu'il est beau Gregal avec son nouvel antifooling et encore plus avenant avec son équipage aguerri.
Escale a la Dominique pour charger des fruits et regimes de bananes(s'il yen a déjà),escales a st Martin (pas très cool, amerloc et come in my shop, filets non balisés la nuit)et les bermudes ? sympa pour attraper le sud des depressions : une route directe est plus longue car moins ventée avec des calmes plats (et il semblerait qu'il faille ménager le moteur) bien sur c'est 1 semaine de mer avec des vents faibles mais après une traversée du bon cote des depression Bref ça sent le retour petit stress des préparatif et du compte a rebours
bonne route
gregalfan